Cette vanité* restitue une partie des billets ayant été publiés sur le site Les Moissonneuses, créé le 1er août 2006 par Jenny Suarez-Ames et deux copines (Kelp et La Rubia, semblerait-il), puis co-administré — si j'ai bien compris — à partir d'août 2007 par le colonel Alfredo Smith-Garcia, qui vaporisa l'ensemble le 23 janvier 2009.
Certains billets sont bien complets de leurs commentaires, mais la plupart, non : on a fait avec ce qu'on avait.
Comme je suis une truffe en informatique, la mise en page est parfois bousculée, différente de celle d'origine. Si certaines images manquent, c'est qu'elles ont disparu des serveurs qui les hébergeaient. Quant aux liens internes des messages, la plupart ne fonctionnent évidemment plus.
Mr Paic-Machine nous signale aimablement que l'on trouve d'autres archives des Moiss' .

* Les mots en italiques sont dus à l'intelligence de l'Anonyme historique d'autres blogues, fruits plus ou moins ancillaires des Moissonneuses.

vendredi 12 février 2010

24 août 2008 (1)

dimanche, août 24, 2008

Les crapules



Nous avons eu les dysorthographyks, les fafounets rurbains, les ktos dans la teuci, les kouyemaulles, nous avons maintenant le droit aux délateurs sordides, aux sycophantes anonymographes, aux petites pédales qui ont dû nous croiser dans le réel, ou croiser quelqu'un qui nous aurait croisés. Ils sont puants, insultants et surtout, petite infamie impardonnable (Dieu pardonne, pas le prolétariat), ils balancent sur la vie privée. Ca sent la jalousie rance, l'impuissance créatrice. Je ne m'excuserai pas, bandes d'enculés, de penser, de jouir, de lire, de boire avec qui je veux, quand je veux, où je veux. Vous sentez la sacristie rance, le sépulcre blanchi, la bandaison pénible du post-pétainiste. Transcendantaux pétainistes. Merci Badiou.
Mes amis s'appellent Lapaque, Parisis, Fajardie(paix à son âme rouge), ADG(paix à son âme ligure), Le Guern, Marignac. Ils ont le vin heureux, les idées claires, l'amour du plaisir et du sens, des routes et des villes, des filles et des idées.
Nous sommes dans le Temps parce que nous sommes dans les temps.
Tenez, les Moissonneuses vous remercient: par vos minuscules cacas,vous nous permettez un art poétique, un art de la guerre, un art d'aimer.
"Les voici, ils sont là, aux armes, et plus vite" (Odyssée, XXIV)

5 approbations inconditionnelles:

Thierry Marignac a dit…

Merci, ça me fait plaisir.

nicolas, presqu'ilien a dit…

Que des hyènes virtuelles (version post-moderne des "tigres de papier") viennent souiller ce joliblogue, c'est navrant, mais dans l'ordre des choses; que leurs commentaires glaireux tapent en dessous de la ceinture, c'est hélas prévisible...
En revanche, viser la sphère privée, c'est comme qui dirait une coupure épistémologique : ça mérite des mesures prophylactiques à base de flicage d'adresse IP, pour assainir un peu la blogosphère.

Jenny Suarez-Ames a dit…

Cher Thierry, j'approuve inconditionnellement le post de mon camarade co-blogueur (ouais, on sait, les blattes).
Nicolas, j'aime beaucoup la hyène virtuelle comme équivalent post moderne du tigre en papier et, on ne te le fait pas dire, des mesures prophylactiques s'imposent, par exemple, suppression systématique des commentaires des blattes qui n'ont pas à se mêler des affaires des anges, et réactivation du mouchard, la saloperie orwellienne qui nous aidera à pister les fâcheux.

blonde de la péninsule a dit…

La blatte germanique (Blattella germanica), est a priori assez proche du pédoque bavarois (Uranista münicha), avec qui elle partage un goût prononcé pour la délation et la coprophagie (v. ce terme).
La prévention repose sur des mesures d'hygiène stricte, notamment la stérilisation des commentaires.
(source : Lancet 2007;369:1107-1109)

ALG a dit…

Ca me fait plaisir aussi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire